Cerny
Ils montent un observatoire au fond du jardin

VOISINS, AMIS, famille… Armés seulement de gants , pour éviter de se blesser - de courage, une quinzaine d’hommes se sont donné rendez-vous dans le jardin de Yannick Le Garrec , à Cerny.

Objectif : descendre d’un camion une immense coupole métallique divisée en deux morceaux de 250 kg chacun, hissée ensuite par un engin de levage en
haut d’une tourelle de parpaing.
Il ne reste plus qu’à ajouter le télescope et le relier au matériel informatique.
Une fois opérationnel — a priori dès cet hiver—cet observatoire haut de 6 mètres pourra accueillir gratuitement des handicapés moteurs et même mentaux.
« Même si les gens ont un retard, témoigne Yannick LeGarrec, il y a quelque chose à l’intérieur d’eux qui réagit. » Féru d’étoiles depuis ses 9 ans, faisant de l’initiation à l’astronomie dans les écoles, ce chaudronnier-soudeur de profession n’en est pas à son premier observatoire. En 1995, son père—aujourd’hui disparu—lui confectionne une première coupole en bois.
Mais, il y a quatre ans, Yannick imagine un observatoire plus grand« pour gagner en pourcentage de vision du ciel ». Le projet bénéficie du soutien de tout un réseau d’amis qui offrent parpaings et ciment, gèrent un site Internet (www.observatoirede-cerny.fr.vu.), aident à fabriquer la coupole métallique. Il n’y a guère que dans le pavillon d’à côté que l’observatoire fait crisser des dents.
Des voisins veulent faire annuler le permis de construire devant la justice.
« Pour l’instant, j’ai gagné en première instance », précise l’astronome amateur.

Benjamin Jérôme
Le parisien 22.06.2006